La réalité augmentée à l'épreuve des affaires

La réalité augmentée à l'épreuve des affaires

A quoi ressemblera la réalité augmentée dans un environnement professionnel dans les années à venir ? Quelle est la situation du marché et quels sont les projets en cours pour optimiser les technologies encore en phase de développement ? Voici notre analyse.

Collaborateurs
  • Aperçu

Un marché sur le point d'exploser

Google, Microsoft, Lenovo, Facebook, Apple… les technologies de réalité augmentée occupent actuellement les services de recherche et développement (R&D) de tous les géants du web. Et selon les estimations de la société d'études de marché IDC, le marché semble sur le point d'exploser : 24 millions de produits de réalité augmentée seront vendus en 2021, contre seulement 160 000 en 2016.

Quelle est la raison de cet intérêt croissant ? Ce sont les nombreuses possibilités que cette technologie offre aux entreprises : faciliter la télémaintenance, assurer la traçabilité des opérations, optimiser la formation, visualiser la maquette numérique d'un bâtiment... les cas d'usage sont infinis. Des candidatures qui sont aussi l'occasion pour les entreprises d'avoir un certain avantage sur des concurrents encore hésitants.

Cependant, la réalité augmentée fait encore face à de nombreux défis technologiques. Comment améliorer le confort d'utilisation ? Comment faciliter le travail collaboratif dans des environnements de réalité mixte ? Comment inclure un casque de réalité augmentée dans un écosystème numérique plus large ? Pour l'instant, les premiers casques de réalité augmentée se concentrent sur les applications de jeux grand public. Par conséquent, ils ne sont pas directement confrontés à ces défis.

  • RELEVER LE DÉFI

Combiner les innovations pour s'adapter aux différentes activités de l'entreprise

Les chercheurs et ingénieurs du Lab Inetum Informatique travaillent précisément sur ces questions. Quel est leur premier défi ? Concevoir un casque de réalité augmentée pouvant s'adapter à de nombreux cas d'usage. Pour y parvenir, Inetum Informatique a fait le choix de la technologie « video see-through », qui, par opposition à « optique see-through », reproduit l'environnement filmé sous les yeux de l'utilisateur, sur l'écran du casque. C'est une approche qui ouvre plus d'opportunités et sur laquelle la start-up Process SL travaille en partenariat avec Inetum Informatique. En résumé, SL Process développe un casque de réalité augmentée appelé PARA ainsi que son système d'exploitation, tandis que l'équipe Inetum Informatique travaille sur des solutions verticales.

Leur premier exploit fut de rendre le casque portable. L'appareil nécessite une puissance de calcul exceptionnelle que seul un PC hautes performances peut généralement fournir. Grâce à leurs travaux sur l'optimisation des algorithmes et la répartition intelligente des traitements, l'équipe est parvenue à rendre l'ensemble autonome et utilisable en déplacement.

Mais le travail ne s'arrête pas là. Pour optimiser la restitution de l'environnement et les interactions avec l'utilisateur, les ingénieurs du Lab utilisent la technologie de Localisation et Cartographie Simultanée (SLAM). Ce sont des algorithmes qui visent à situer l'utilisateur dans l'espace et à reconstituer l'environnement en 3D de manière très précise. L'enjeu est de taille car il s'agit d'effectuer les deux opérations en temps réel. Dans ce contexte, les experts de SL Process et d' Inetum Informatique mélangent les technologies de « computer vision» avec celles également utilisées en robotique, comme cela se fait pour les véhicules autonomes. A une différence près, le casque de réalité augmentée ne peut intégrer qu'un nombre limité de capteurs, du fait de sa taille et de son autonomie de batterie. Pour fonctionner, il s'appuie principalement sur ses caméras ainsi que sur des capteurs minimalistes mais de haute précision tels que des accéléromètres et des gyroscopes. L'enjeu est de créer des algorithmes suffisamment précis pour déduire la position et les mouvements de l'utilisateur, à partir de ces informations minimales. Les lasers Lidar pourraient également faire leur apparition aux côtés d'autres capteurs comme les micros matriciels pour s'adapter aux nouveaux usages. Le casque comprend également un capteur infrarouge pour détecter avec précision le mouvement des mains de l'utilisateur.

Autre défi : améliorer le confort de l'utilisateur. Dans cette optique, les Inetum Informatique et de SL Process s'appuient sur le « eye-tracking ». Grâce à ce système, l'information est placée directement là où l'utilisateur tourne le regard. De même, le « eye-tracking » permet de renforcer le réel sentiment de une scène virtuelle en recréant le flou généré naturellement par le cerveau dans un environnement réel. Aussi pour améliorer le confort et la pertinence de l'information, les experts optimisent la contextualisation des données de retour. Par exemple, un agent de maintenance travaille sur un site en difficulté conditions météo ?Le casque simplifie automatiquement l'interface pour faciliter leur travail.Il existe de nombreux projets ambitieux pour créer des usages innovants dans les entreprises.

  • La voix experte

Combiner les technologies

« Pour innover, notamment en réalité augmentée, il n'est pas question de raisonner en silos. Pour mettre en œuvre de nouveaux cas d'usage, Inetum travaille sur un ensemble de briques technologiques : SLAM, eye-tracking, computer vision et intelligence artificielle, robotique, et même des drones, qui permettront d'aller encore plus loin dans la réalité augmentée". Jean-François Gaudy, directeur de l' Innovation , Inetum

  • Inetum vous accompagne

Découvrez notre FabLab pour transformer vos idées en réalité augmentée !

Les possibilités offertes par la réalité augmentée vous intéressent ? Vous souhaitez en savoir plus et voir nos projets ? Découvrez notre FabLab dédié à l'innovation !

Retour à la liste des actualités